Luxembourg Creative Forum, Innover et Entreprendre

Ne plus afficher

Fermer

Aide

Que votre inscription soit ou ne soit pas prise en charge par votre employeur, la 1ère étape est de créer votre compte individuel en complétant avec vos coordonnées de facturation. Il vous suffira ensuite de vous y connecter afin de vous inscrire/participer à une rencontre LUXEMBOURG CREATIVE.

Biohacking : l'avenir des entreprises biotech ?

Orateur(s) : Jonathan Ferooz, fondateur de l'asbl "DIYBio Belgium"
En partenariat avec Idélux et le parc scientifique Novalis
Date : Le 12/10/2017 de 16h30 à 19h
Lieu : Novalis, rue de la Science, 8, 6900 Aye
Thématique : Biotech

Vous souhaitez être mis au courant des conférences sur le même thème ?

Dans le cadre du premier Novalis Afterwork, nous avons eu la chance de recevoir Jonathan Ferooz, fondateur de l’asbl DIYBio Belgium.
Il nous a parlé du « biohacking », une notion à la mode qui est parfois un peu confuse.
Si certains y voient un parallèle aux « hackers pirates », il n’en est rien. Plusieurs dimensions sont présentes dans le terme « biohacking », à savoir un certain affranchissement du milieu académique traditionnel,  un aspect multidisciplinaire très important, une absence de contraintes, ainsi que la dimension participative des membres de ces communautés.

A la question des obstacles que l’on peut rencontrer quand on ouvre un laboratoire de biohacking, notre orateur a cité les éléments suivants :

-       L’absence d’argent et la difficulté de convaincre les investisseurs
-       La difficulté de trouver un lieu suffisament grand pour accueillir les participants
-       Le manque de matériel
-       La visibilité (les laboratoires de biohacking sont moins connus que les Fablab par exemple)
-       La réglementation qui empêche par exemple de travailler sur des micro OGM

Selon Jonathan Ferooz, le biohacking n’est pas une menace car les biohackers sont très transparents. On a souvent tendance à surestimer son risque et sous-estimer ses avantages. Ainsi, il serait par exemple plus dangereux de ne pas promouvoir des groupes comme DIYBio Belgium et avoir des gens qui font des essais risqués tout seuls dans leur coin.

Enfin, à la question de savoir si le biohacking représente un enjeu incontournable pour les entreprises biotech, notre orateur a répondu par l’affirmative. Pour illustrer ses dires, il a présenté l’exemple de collaboration de Novozymes et Roche avec une communauté de biohackers.

Plus d’informations sur : http://www.diybio.be/

 

Retrouvez la présentation de Jonathan Ferooz (DIYBio Belgium) :

LUXEMBOURG CREATIVE 2017 : le biohacking from LUXEMBOURG CREATIVE