Orateur(s)
Björn-Olav Dozo (Université de Liège - Arts et Sciences de la communication), Olivier Griffet (Abrakam) et Anthony Guérin (COIN, East Games, Nice Penguins)
Résumé

Depuis les années 90, la représentation du jeu vidéo n’est pas forcément positive. Dans les médias, on décrit bien souvent le joueur comme violent, asocial, dépendant, etc. Or, selon Björn-Olav Dozo, premier logisticien de recherche et maître de conférences à l’ULg, le jeu vidéo est en fait un medium riche et mal connu. C’est sûr, il représente aussi un marché énorme depuis quelques années suite à la conquête de nouveaux publics par les entreprises du secteur. Mais il n’est pas à considérer que comme un objet technique ou économique, il faut l’appréhender aussi dans sa dimension culturelle, au même titre que la littérature, le cinéma, ou encore la bande dessinée. Au sein de l’ULg, le Liège Game Lab propose des cycles de conférences et des cours sur le jeu vidéo ouverts au public. Ses membres sont en relation avec des centres de recherche dans le reste du monde comme au Canada, en Allemagne, en Norvège ou encore au Japon ! Leurs recherches portent essentiellement sur la critique du jeu vidéo,  sa réception, la création de jeux vidéo amateurs, la notion d’amateur, ou encore les détournements et réutilisations qui sont faites du jeu vidéo. Plus d'informations : http://www.lemme.ulg.ac.be/lgl/

 

Dans une deuxième partie, Olivier Griffet, administrateur-délégué d’Abrakam, nous a raconté comment la société avait créé le jeu Faeria, un jeu de cartes mêlé à un jeu de plateau dans un univers féérique comme son nom l’indique.  La société a développé un premier prototype de jeu, et après avoir rassemblé plus de 30.000 fans autour de cette première version, a lancé un Kickstarter en 2013.  Si les fonds récoltés ont à peine suffi à rembourser les frais engagés, la campagne de crowdfunding a en revanche permis de montrer aux investisseurs potentiels que des personnes croyaient en eux.  Aujourd’hui, la société Abrakam compte 18 personnes qui travaillent à temps plein, Faeria est diffsué mondialement, et la version 1.0 du jeu sur PC et tablettes est prévue pour le 8 mars 2017 ! Le secret de cette réussite selon notre orateur ? Passion et persévérance, avec un peu de chance. Plus d'informations : https://www.abrakam.com/

 

Notre troisième orateur était Anthony Guérin, président de COIN. Cette asbl active en Grande Région a pour but de promouvoir la création de jeu vidéo, mais aussi de promouvoir le jeu vidéo indépendant et son aspect culturel. COIN, c’est aussi l’organisateur de la Game Jam, soit un rassemblement de 48 heures de participants souhaitant créer un jeu vidéo sur un thème donné. Une occasion d’échanger et d’apprendre, dans un environnement où le stress n’est pas présent. Après avoir participé à de nombreuses reprises à cet événement, Anthony Guérin a d’ailleurs créé son studio, Nice Penguins. Le studio est d’ailleurs en train de développer le jeu « We all end up alone », sur le sujet du cancer.  Notre intervenant a aussi évoqué l’existence du cluster professionnel East Games , qui fédère et cherche à soutenir les acteurs du milieu et a abordé la question de l’e-sport. Plus d'informations : http://www.extra-coin.org/fr/

 

Découvrez les slides de Björn-Olav Dozo (Université de Liège) :

Consultez aussi la présentation d'Anthony Guérin (COIN/Nice Penguins) :

Lorsqu’on parle de jeu vidéo, on a parfois une vision limitée en ne pensant qu'à un divertissement réservé aux adolescents ou autres « geek ». 

Et si l’on vous disait qu’il était aussi le centre d’attention d’un groupe de recherche de l’Université de Liège ?
Le Liège Game Lab rassemble en effet les chercheurs de l’ULg qui travaillent sur le jeu vidéo en tant qu’objet culturel.  Björn-Olav Dozo, premier logisticien de recherche et maître de conférences à l’ULg, nous présentera l’approche développée par ce centre peu commun.

Le jeu vidéo, c’est également un secteur qui offre un potentiel économique important pour la Belgique et la Grande Région. Plusieurs entreprises l’ont bien compris et en ont d’ailleurs fait leur core business, comme la société Abrakam. Son administrateur-délégué, Olivier Griffet, nous retracera le parcours de la société, et comment son jeu « Faeria » a pu connaître une diffusion mondiale.

D’ailleurs, bon nombre d’associations ont vu le jour pour promouvoir le jeu vidéo en tant que créateur d’emplois et/ou d’entreprises…ou comme vecteur d’interactions sociales et lieu de rencontres. La Game Jam, ça vous dit quelque chose ? Cette manifestation mondiale rassemblant des créateurs de jeux vidéo est organisée par l’asbl COIN. Son président, Anthony Guérin, reviendra sur cet événement qui favorise la créativité et l’innovation, ainsi que sur les suites  qui en découlent parfois pour les participants, telles que la création de leur propre studio ! Il évoquera aussi son implication dans East Games, le cluster profesionnel pour la promotion et le développement de l’industrie du jeu vidéo dans la région Grand Est française.

Bref, de quoi vous démontrer que le jeu vidéo a de multiples facettes !

Cette rencontre est organisée en partenariat avec l'asbl 6X7.

6fois7