Orateur(s)
Bastien Wauthoz, fondateur de la société Ludoboost
Résumé

Après une présentation de chaque participant grâce au jeu de cartes canadien « Totem »,  notre orateur Bastien Wauthoz (Ludoboost), nous a glissé un mot sur les nouveaux défis du management.  Avec la transformation des métiers, mieux vaut miser sur les talents des employés plutôt que leur bagage et compétences « dures ». On parle de plus en plus de qualité au travail ; c’est un impératif moral mais aussi économique : en effet, une personne qui n’est pas bien au travail aura de moins bonnes performances. Et l’absentéisme et le burn-out ont aussi un coût énorme pour l’entreprise. Le jeu aurait dès lors une utilité face à ces problèmes ?

Il semble que oui, déjà la ludification peut jouer un rôle dans la perception du volume de travail. De plus, les neurosciences nous font savoir que le jeu est générateur de bien-être, grâce à la dopamine, activateur au niveau du cerveau.

Le jeu est aussi un révélateur du potentiel humain ; et quand on connaît mieux ses collègues, c’est aussi plus simple de leur demander un coup de main, et de savoir quels types de coups de main leur demander.

Le jeu, au fond, présente 3 objectifs :

-       Créer du lien social (c’est par exemple ce que recherche le nouveau-né qui essaie de capter le regard de sa mère)

-       Education/apprentissage

-       Bien-être

Pendant une partie de jeu, on peut dire que le joueur entreprend un voyage en 4 étapes :

1)    La découverte

2)    L’embarquement : les premiers tours de jeu

3)    La montée en puissance : après quelques tours, une réflexion sur la stratégie est présente

4)    La finale

Le design ludique se situe à différents niveaux :

1)    Amener du fun

2)    Amener à une action et récompenser la personne

3)    Induire un comportement

4)    Induire un comportement à long terme sur de grandes populations

Comme l’a bien souligné Bastien Wauthoz, l’éthique est extrêmement importante dans le monde de la gamification. Lorsqu’on installe des process de ludification en entreprise, il faudra bien veiller à être transparent sur les raisons pour lesquelles on fait telle ou telle chose.

 

Les participants auront pu s’exercer au jeu de cartes coopératif « The Game » où le but est de se débarrasser de toutes ses cartes.

En conclusion de son animation, Bastien Wauthoz nous a également présenté 3 jeux destinés à des pauses ludiques :

1)    Le roi des sceaux (jeu de psychomotricité fine, avec stratégie pour la création de la pile)

2)    Hanabi (pour créer des feux d’artifice)

3)    The Mind (un jeu très relaxant qui apprend la patience, la communication non verbale et la coopération ; on ne peut en profiter pleinement que si on apprend à lâcher prise)

 

Retrouvez les slides présentés par Bastien Wauthoz (Ludoboost) :

Atteindre les objectifs fixés. Motiver ses collaborateurs pour qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes. Sentir son équipe soudée autour de votre projet. Voici les résultats que vous pouvez atteindre avec le ludomanagement ! Parce que jouer est une interaction sociale primordiale au sein de tout groupe. En entreprise, jouer permet de souder les équipes, de motiver les collaborateurs et d’accompagner leur développement.
LUDOboost a mis au point une technique de management par le jeu de société qu’il va enseigner à HEC Liège. Vous aussi vous pouvez en saisir les secrets en participant à cette formation éclair. Vous en ressortirez avec cinq outils concrets pour booster vos collaborateurs. Et nous vous garantissons que vous allez passer un bon moment !

Au menu
1.Tour de présentation avec Totem (feel good game)
2. Pourquoi le ludomanagement (crise du management, stress et absentéisme)
3. Pourquoi la ludification ça marche? (neurosciences, octalyse, etc.)
4. Pourquoi le management par le jeu ça marche? (motivations intrinsèques et extrinsèques, implication des cadres, KPI et KHI)
5. Expérimentation du jeu The Game
6. 3 jeux de plus pour se lancer demain