Orateur(s)
Hadelin de Beer, maître-assistant et chercheur à la Haute Ecole Robert Schuman et Haute Ecole Charlemagne
Résumé

Qu’est-ce que le tourisme durable ? C’est une question qu’Hadelin de Beer et son collègue de la Haute Ecole Robert Schuman de Libramont ont posé lors d’une enquête préliminaire menée auprès d’opérateurs touristiques, de conseillers et d’étudiants.

Sur base de phrases et de dessins récoltés auprès de ces différents acteurs, ils ont dégagé une certaine définition, centrée autour de trois axes : l’environnemental, le social, et l’économique.

Ils ont également remarqué une certaine dichotomie qui se dessinait entre le tourisme et le tourisme durable qui se définissait plutôt comme un tourisme de niche, qu’on fait dans la nature et pour lequel il faut un minimum d’effort et de sueur. Notre orateur a souligné la nécessité de sortir de cette dichotomie.

Il a ensuite proposé une réflexion sur la question « En quoi ça rapporte la durabilisation du tourisme ? ». Il y a en fait trois possibilités :

1)    Réduire les coûts et laisser le produit constant

Pour cette première possibilité, on a tendance à penser davantage au volet environnemental plutôt qu’aux deux autres (difficile de réduire les coûts sociaux, et pour l’économique, c’est plutôt une question comptable).

Il faudra veiller à ne pas se ruer sur les investissements et calculer son temps de retour.

On peut aussi choisir un système d’amélioration continue tel que le propose le système EMAS (beaucoup de temps mais très peu d’argent).

Le label Clé Verte est aussi un moyen de se structurer à faible coût, et offre une reconnaissance à plus long terme.

Il est également possible de sensibiliser les touristes à leur consommation. Pour ce faire, pas de grands discours, mais plutôt privilégier les images marquantes. Attention aussi de veiller à récompenser les actes responsables des clients, comme le fait par exemple la chaîne d’hôtels Martins.

2)    Augmenter le produit

Pour fidéliser les clients ou augmenter les ventes, il faut penser son produit dans le cadre d’une stratégie territoriale. Proposer une étagère de produits locaux de la région, mettre en avant les restaurants durables aux alentours,…sont des choses qui feront vivre une expérience particulièrement positive au touriste et cohérente.

3)    Jouer sur l’interaction produit-coût

 

Comme l’ont souligné certains acteurs, le tourisme durable n’est pas uniquement une question de réduction de coûts mais aussi de valeurs, et s’inscrit dans une stratégie globale d’entreprise.

Les manifestations pour le climat augurent une montée en puissance du durable... et si le secteur du tourisme était lui aussi concerné ?
Les hébergeurs ont-ils intérêt à se profiler dans cette tendance pour gagner/ ne pas perdre des clients ?
Est-ce que tous les hébergeurs sont concernés ou est-ce seulement l'affaire de ceux "à la campagne" ?
Comment savoir si se lancer dans cette aventure permettra également de faire quelques économies et non pas entraîner des dépenses supplémentaires en pure perte ?
Des questions parmi tant d'autres auxquelles répondra Hadelin de Beer, maître-assistant et chercheur au sein de la Haute-Ecole Robert Schuman et Haute Ecole Charlemagne, également expert en stratégie de long terme et en développement durable.
Cette rencontre s'adresse à tout type d'hébergeur et à tous les organismes soutenant les acteurs touristiques dans leur région.
La présentation sera suivie d'un lunch de networking.