Orateur(s)
Shady Attia, Professeur en architecture durable et technique des bâtiments à l'Université de Liège & Thierry Noël, Administrateur-délégué de la société Ecobati
Résumé

Dans une première partie, Shady Attia, professeur au sein du département ArGenCo de l’Université de Liège nous a rappelé que le taux de rénovation belge est très faible en comparaison avec d’autres pays.  On peut faire beaucoup d’innovation avec de nouveaux bâtiments et une isolation extérieure, mais on oublie souvent l’isolation intérieure et la rénovation des bâtiments. Cette isolation est primordiale, et pour être efficace, devra être associée à une bonne étanchéité à l’air. Un élément fondamental qu’on néglige parfois aussi en matière d’isolation est le placement, un des rares métiers de la construction à n’être pas agréé.

Il semble que l’impact des matériaux naturels soit plus élevé que prévu. La construction traditionnelle est celle qui émet le plus de dioxyde de carbone mais l’utilisation d’herbicides, pesticides, insecticides et fertilisants pour l’isolant biosourcé a un impact non négligeable.

Au cours de son exposé, notre orateur a également évoqué l’obligation en Belgique de réaliser une analyse des atteintes environnementales d’un produit. A partir de 2018, il sera obligatoire de renseigner certaines informations sur les matériaux de construction, comme l’énergie primaire utilisée, le degré de réchauffement climatique, de destruction de la couche d’ozone, le potentiel d’acidification, le potentiel d’eutrophisation ainsi que le potentiel de création photo-oxydante.

 

Notre deuxième orateur du jour était Thierry Noël, administrateur-délégué de la société Ecobati. Une entreprise familiale pionnière en matière de développement et commercialisation de produits écologiques pour la construction. Ses critères en termes de produits utilisés ?

-       Des matières premières végétales, animales et minérales

-       Dont la production consomme peu d’énergie

-       Des matières renouvelables et recyclables

-       Des matières végétales stockant le CO2

-       Des matériaux ne provoquant aucune allergie, non électrostatiques et non radioactifs

-       Des matériaux biodégradables et durables

-       Qui garantissent un habitat sain

A titre d’exemple, la société a développé un produit d’isolation phonique développé à base de sacs de jute. Une philosophie « cradle to cradle » qui semble imprégnée au sein de l’entreprise qui propose notamment un service de reprise de déchets aux entreprises. Présente à Herstal, Tournai, Bruxelles-Sud, Wavre, Namur, Sprimont, Arlon, Nice et Monaco, Ecobati entend aussi s’installer à Gand, Leuven et dans la région germanophone. L’avantage de la multiplication des magasins étant la répercussion sur les prix, car un des credos de la société est que les matériaux écologiques doivent être accessibles à tous.

 

Retrouvez la présentation de Shady Attia (Université de Liège ) :

 

Découvrez aussi la présentation de Thierry Noël (Ecobati) :

!! Cette rencontre est désormais complète


Pour satisfaire les exigences de l’Union européenne, le secteur de la construction et de l’habitat doit se tourner vers un modèle plus durable.

Dans ce contexte, le professeur Shady Attia de l'ULg, en collaboration avec son collègue Guirec Ruellan, a mené une étude comparative des matériaux de construction naturels pour une rénovation du bâtiment presque zéro énergie. Les matériaux comparés sont en l’occurrence le bois, le chanvre, l’argile et la paille. Notre premier orateur nous présentera les résultats de cette étude basés sur les constructions de quatre entreprises wallonnes.

Dans une deuxième partie, nous recevrons Thierry Noël, administrateur-délégué de Ecobati, une société spécialisée dans les matériaux de construction écologiques et naturels fondée en 1989.
En partant de son expérience de terrain, notre deuxième orateur abordera les questions de la commercialisation et des coûts, de la création de produits, ou encore des valeurs partagées (ou non) par les entreprises qui utilisent les matériaux de construction naturels.