Orateur(s)
Rafiq Ahmad (Université du Luxembourg), Jean Demarteau (Wow Technology)
Résumé

La robotique et l’intelligence artificielle se développent plus vite que prévu au sein de nos sociétés. Comme l’a expliqué Rafiq Ahmad, chercheur senior à l’Université du Luxembourg, les robots travaillent d’ores et déjà aux côtés de l’homme dans les hôtels et les usines.

Cette présence de plus en plus importante de l’automatisation peut amener les citoyens à se demander si cette dernière ne pourrait pas leur « voler » leur emploi.  Selon une étude menée par l’Université d’Oxford et Deloitte, le risque est plus ou moins grand suivant la profession exercée par les citoyens.  Le risque d’automatisation est faible pour les emplois où la négociation, le travail d’équipe et la créativité sont requis.  Il est élevé pour les emplois nécessitant de se faufiler dans des petits espaces, d’assembler ou encore de manipuler des objets. Est-ce que le robot doit forcément remplacer l’humain ? Selon le chercheur Rafiq Ahmad, la meilleure réponse à apporter est une collaboration entre l’humain et le robot. En effet, certaines tâches comme le soudage de précision sont difficiles pour l’homme mais faciles pour les robots, alors que des gestes quotidiens comme le débarrassage d’une table sont simples pour les humains mais complexes pour les robots. En conclusion, la réponse à l’émergence des nouveaux robots et au progrès de l’intelligence artificielle est de ne pas ralentir le rythme du progrès technologique, mais de pousser nos entreprises à s'adapter à ce progrès, tout en gardant l'équilibre humain-robot, sans aller jusqu'à l'automatisation complète.

 

Dans une deuxième partie, Jean Demarteau, managing director au sein de la société Wow Technology a expliqué dans quelle mesure l’automatisation pouvait profiter au développement des PME ainsi qu’à l’emploi. Avant de se lancer dans un projet d’automatisation, il est toutefois nécessaire de ne pas négliger certains points. Tout d’abord, il faudra veiller à améliorer l’équipe technique pour piloter les machines et assurer une maintenance en première ligne.  Le temps d’installation et de montée en cadence est également à prendre en compte. D’autres points sont aussi à prendre en considération comme la qualité des produits entrants, la bonne spécification du produit et de la machine (afin qu’on parle le même langage), et la fiabilité. Globalement, il faut bien préparer le cahier des charges. En se basant sur plusieurs exemples,  Jean Demarteau a expliqué que les avantages de l’automatisation sont multiples. En effet, l’automatisation :

-       évite aux entreprises européennes de faire appel aux pays à faibles coûts de main d’œuvre

-       évite aux entreprises de fermer

-       donne une augmentation nette du nombre d’emplois

-       augmente notre pouvoir d’achat

 

 

Vous trouverez ci-dessous la présentation de Jean Demarteau de la société Wow Technology : 

 

Vous trouverez ci-dessous la présentation de Rafiq Ahmad de l'Université du Luxembourg :

 

La robotique et l’intelligence artificielle (IA) se développent plus vite que prévu au sein de notre société. Pour en parler, nous accueillerons Rafiq Ahmad de l’Université du Luxembourg et Jean Demarteau pour la société Wow Technology. Ils interviendront sur l’impact de la robotique dans nos entreprises et auprès de nos travailleurs.

Comme l'expliquera Rafiq Ahmad, la plupart des chercheurs indiquent que les robots et l’IA prendront bientôt le contrôle de la majorité des tâches quotidiennes non-productives dans les secteurs de la santé, du transport et de la logistique, des services ou encore de la maintenance. Les avancées technologiques sont telles qu’ils appuieront les humains dans les environnements dangereux ou répétitifs. Deux grands courants de pensée sont à distinguer sur l’impact de la robotique. Si certains pensent que cette technologie va réduire la charge de travail (voire l’emploi) ; d’autres affirment que les humains vont répondre à ce changement en créant de nouvelles opportunités. Dans ce dernier cas, il est important de fabriquer et entretenir ces dispositifs avancés et leur intelligence. A travers les décennies, les roboticiens ont construit un large inventaire de technologies : des jambes, des mains, des systèmes de visions, créant ainsi de nouvelles entreprises de services et de production. Aujourd’hui, le challenge est d’intégrer les composantes de cette technologie de manière fiable et abordable tout en approchant les compétences humaines. La tendance actuelle vers la collaboration entre humain et robot sera au cœur de cette première intervention.

WOW Technology est également persuadée que l'avenir de la Wallonie, et de la production en Europe en général, passe par une automatisation des tâches répétitives, pénibles, ou demandant une très grande précision. Loin de supprimer des emplois, une automatisation intelligente en crée, in fine, en amont et en aval des cellules (semi) robotisées. Jean Demarteau présentera les points auxquels faire attention avant de se lancer dans un projet d'automatisation, sur quel type de production se concentrer, avec des exemples de plusieurs solutions déjà implémentées.